Situation financière précaire : le Cégep de Sherbrooke a besoin d’amour !

(Version *.pdf du communiqué)

Sherbrooke, le 14 février 2018 – La situation financière précaire du Cégep de Sherbrooke a fait les manchettes en décembre dernier. On apprenait à ce moment que le collège faisait face à un déficit de plus de 950 000 $. Les causes de ce manque à gagner sont bien connues : les mesures d’austérité imposées par le gouvernement du Québec et un modèle de financement inadéquat pour répondre aux besoins réels ont contribué à fragiliser les finances de l’institution. Malgré des compressions successives ayant pour but d’éponger le déficit —compressions qui font qu’il est de plus en plus difficile de réaliser pleinement la mission d’enseignement supérieur du collège —le Cégep de Sherbrooke est incapable de sortir la tête de l’eau.

« Devant la gravité de la situation, tous les acteurs de la communauté collégiale se sont mobilisés pour demander de l’aide au gouvernement du Québec, rappelle Steve McKay, président du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke – CSN (SPECS-CSN). Du conseil d’administration aux syndicats des personnels, tous ont porté le même message, soit la nécessité d’un réinvestissement substantiel et durable sans lequel le Cégep de Sherbrooke ne pourra pas sortir de la spirale déficitaire dans laquelle il s’est engagé. » La réaction de la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, face au « cri du cœur » lancé par le Cégep en novembre a bien donné un peu d’espoir. En effet, elle semblait être ouverte à soutenir l’institution et laissait entendre que l’aide arriverait rapidement.

Or, près de trois mois plus tard, le Cégep de Sherbrooke attend toujours des engagements fermes de la part du gouvernement. « On tergiverse encore dans les officines gouvernementales alors que le temps presse, s’indigne M. McKay. Pour les membres du SPECS-CSN, l’immobilisme a assez duré ! La journée de la St-Valentin sert d’occasion pour rappeler au ministre Luc Fortin que nous nous attendons à plus de son gouvernement, mais aussi de lui en qualité de ministre responsable de la région de l’Estrie. » Sous le thème Le Cégep de Sherbrooke a besoin d’amour !, des membres du syndicat décoreront ce midi le bureau régional du ministre pour lui rappeler l’urgence de la situation.

« Le réinvestissement doit se faire dès maintenant. L’échéance électorale ne doit pas faire en sorte que le sort du collège soit relégué au second plan. On peut affirmer sans craindre de se tromper que plusieurs membres du SPECS-CSN jugeront le mandat de M. Fortin et celui de son gouvernement à la lumière de l’appui qu’aura reçu le Cégep de Sherbrooke alors qu’il avait besoin d’aide », conclut M. McKay.

À propos

Le Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke – CSN (SPECS-CSN) compte près de 600 membres. Il est affilié à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), au Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie (CCSNE) et à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.